Ressource pédagogique : Averroès - Le milieu intellectuel andalou et le projet

Bien qu’il y ait eu, en terre d'Islam, de nombreux philosophes entre les XIIIe et XVIIe siècles, de l’andalou Ibn Sab'în (XIIIe siècle) jusqu’au perse Molla Sadra (XVIIe siècle), la plupart des recherches s'accordent à dire que c’est Averroès (1126-1198) qui est le dernier philosophe de la civilisat...
cours / présentation - Date de création : 24-06-2009
Auteur(s) : Makram Abbès
Partagez !

Présentation de: Averroès - Le milieu intellectuel andalou et le projet

Informations pratiques sur cette ressource

Langue du document : Français
Type pédagogique : cours / présentation
Niveau : master
Durée d'exécution : 26 minutes 5 secondes
Contenu : image en mouvement
Document : video/mp4
Taille : 123.12 Mo
Droits d'auteur : libre de droits, gratuit
Droits réservés à l'éditeur et aux auteurs.

Description de la ressource pédagogique

Description (résumé)

Bien qu’il y ait eu, en terre d'Islam, de nombreux philosophes entre les XIIIe et XVIIe siècles, de l’andalou Ibn Sab'în (XIIIe siècle) jusqu’au perse Molla Sadra (XVIIe siècle), la plupart des recherches s'accordent à dire que c’est Averroès (1126-1198) qui est le dernier philosophe de la civilisation de l'Islam classique. Ce jugement, qui doit être nuancé sur certains points, repose principalement sur l’ampleur du projet qu’il a réalisé, et surtout sur la réception de ce même projet dans l'Occident latin pendant le Moyen Âge. Dans son travail, Averroès cherchait, en effet, à renouer avec l’aristotélisme et avec la méthode rationnelle, longtemps occultés par l’intérêt des philosophes arabes et alexandrins pour les commentaires de l’œuvre du Stagirite plutôt que pour ses textes eux-mêmes. Parallèlement au commentaire systématique des textes d’Aristote, Averroès a entrepris un autre travail de défense de l’acte de philosopher qui s’était trouvé fortement remis en cause par les accusations d’impiété lancées par al-Ghazâlî (1058-1111) contre les philosophes. Ce sont les réponses aux problèmes soulevés par al-Ghazâlî et la discussion de questions comme le rapport entre la philosophie et la religion, la foi et la raison, le philosophe et la cité qui occupent la partie centrale des œuvres personnelles d’Averroès (le Discours décisif, le Traité du dévoilement, et l’Incohérence de l’Incohérence) et qui contiennent une part importante de ses idées politiques. Renouer avec la méthode scientifique dont le modèle est Aristote et lutter contre le projet intellectuel d’al-Ghazâlî constituent donc les deux dynamiques sur lesquelles repose un pan entier de la philosophie politique d'Averroès. Celle-ci s'engage dans une réflexion sur des sujets qui sont à l’origine de la Modernité, comme, par exemple, l’étude du problème théologico-politique qui est directement lié à la définition du processus de sécularisation. Comment ce travail se présente-t-il dans les textes d’Averroès et de quelle manière peut-il être interprété dans les limites du contexte culturel de l’Islam du XIIe siècle? En dehors de ce premier aspect, Averroès peut être considéré, du point de vue de la philosophie politique classique, comme le dernier représentant d’une tradition qui remonte aux Grecs et qui est, à partir du Xe siècle, solidement ancrée en terre d’Islam grâce aux écrits de Fârâbî (870-950). Cette tradition consiste à étudier les conditions de la réalisation d’une cité juste et de l’instauration d’un régime parfait. Consignés dans le principal texte politique d’Averroès qui est le Commentaire de la République de Platon, ces développements abordant, entre autres, le statut et le rôle du chef de la cité parfaite, les cités injustes, et la meilleure éducation des citoyens sont loin d’être une spéculation théorique gratuite et éloignée des soucis du réel. Au contraire, cette recherche s’inscrit pleinement dans un cadre qui reprend les enseignements platoniciens sur la cité idéale tout en les transformant et en les adaptant à un nouveau contexte. Le modèle politique platonicien subira ainsi de nombreuses transformations du fait de l’introduction d’éléments aristotéliciens dans le Commentaire, et de la volonté de redéfinir, sur d’autres bases épistémologiques, l’art politique lui-même. Ce deuxième axe nous permettra donc de voir comment se pose le problème du rapport entre un modèle normatif de la politique hérité des Grecs et l’un des usages qui en est fait, en l'occurrence par Averroès, afin de comprendre l’histoire de l’Islam en général et celle de l'Andalousie en particulier. Plan du cours : Première partie : une biographie politique 1) Le philosophe et le politique 2) Le milieu intellectuel andalou et le projet d'Averroès 3) Averroès et les traditions de pensée politiques de l'islam classique 4) La fondation de la science politique : le paradigme médical Deuxième partie : la cité parfaite 1) La théorie des excellences humaines 2) Le statut du roi-philosophe 3) Les attributs de la cité parfaite 4) Les régimes injustes Troisième partie : les conditions de la politique parfaite 1) L'éducation des citoyens 2) La philosophie et la religion : l'interprétation du texte coranique 3) La théologie politique Conclusion Directeur de la publication: Olivier Faron Producteur executif: Christophe Porlier Réalisation: Francis Oudréaogo Image et post-production: Mathias Chassagneux Lumière: Sébastien Boudin Son: Xavier Comméat Diffusion Web: Jean Claude Troncard

"Domaine(s)" et indice(s) Dewey

  • Philosophie de l'Antiquité (180)
  • Science politique – Philosophie et théorie (320.01)
  • Philosophie arabe (181.92)
  • Philosophie islamique (181.07)

Thème(s)

Intervenants, édition et diffusion

Intervenants

Fournisseur(s) de contenus : ENS-LSH/SCAM

Éditeur(s)

Diffusion

Document(s) annexe(s) - Averroès - Le milieu intellectuel andalou et le projet

  • Cette ressource fait partie de
Partagez !

AUTEUR(S)

  • Makram Abbès

ÉDITION

ENS/UOH

EN SAVOIR PLUS

  • Identifiant de la fiche
    5405
  • Identifiant
    oai:canal-u.fr:5405
  • Schéma de la métadonnée
  • Entrepôt d'origine
    Canal-U
  • Date de publication
    24-06-2009